Le plus grand site mondial de stockage de semences en cas de catastrophe


5007_gnis1

Les semences de 20 000 plantes d’une vingtaine de pays sont venues compléter le plus grand stockage au monde de plantes agricoles. Ce dépôt de semences situé dans l’île de Spitzberg Occidental (Norvège) est à l’abri du déluge ou d’une explosion nucléaire. Il a été creusé à même le pergélisol afin de conserver la biodiversité du règne végétal de la Terre pour les générations futures.

Des grains de miso qui entrent dans la recette de la fameuse soupe japonaise, des semences de la noix du Brésil et une variété rare de tomates Cherry, font partie des dernières acquisitions. Les semences de ces pantes et d’autres encore ont pris leur place dans les rayonnages de la réserve de Spitzberg où elles resteront pour toujours. Elles seront aérées, renouvelées et leur pouvoir germinatif sera contrôlé mais elles ne quitteront jamais le dépôt où elles resteront en prévision d’une catastrophe globale. La Russie participe également à ce programme international de préservation de la biodiversité du règne végétal de la planète, raconte Nikolai Dzioubenko, directeur de l’Institut national de recherche de culture des plantes :

« C’est une réserve de diversité génétique en prévision de désastre comme une catastrophe spatiale, une guerre nucléaire ou un déluge. Elle doit permettre à l’humanité d’assurer plus tard les besoins de la population en produits alimentaires, vêtements et médicaments. La Russie a remis pour consignation environ 10 000 échantillons de semences. C’est un principe de boîte noire. Nous y envoyons des semences en conteneurs scellés et pouvons les retirer à tout moment. Les semences consignées ne peuvent pas être utilisées sans consentement du propriétaire. L’opérateur est responsable de la conservation des semences dans les bonnes conditions mais c’est à nous de renouveler les échantillons selon une échéance déterminée. »

Chaque pays du monde dispose aujourd’hui de sa propre banque de semences. C’est le cas de l’Institut Vavilov en Russie dont la collection renferme plus de 300 000 variétés de semences. Il existe un autre dépôt conçu pour 100 000 échantillons à l’Institut d’études du pergélisol en Yakoutie de la division sibérienne de l’Académie des sciences.

Mais le dépôt de Spitzberg est unique en son genre parce qu’il est pratiquement invulnérable. Il est construit à une hauteur de 130 m au-dessus du nouveau de la mer, au milieu des rochers et du pergélisol, à 1100 km du Pôle Nord.

La réserve de Spitzberg a déjà été surnommée de réserve du jour « du Jugement Dernier ». Elle contient les semences de plus de 820 000 plantes cultivées et peut en principe en contenir jusqu’à 4,5 millions.

SOURCE


Commentaires

commentaires