La junk food nous rend plus malheureux!


fast food collection on on white background

Selon une étude menée par l’Université de Las Palmas de Gran Canaria, il semblerait que les personnes appréciant la junk food et ses dérivés seraient plus enclins (à 51%) à développer des dépressions, vis à vis des gens évitant d’ingurgiter ce genre de nourriture.

Pour aller encore un peu plus loin, la même étude tend à prouver que les adeptes des hamburgers, hot dogs et pizzas sont plus à même de demeurer célibataires, à être moins actifs et à travailler plus longtemps que… les personnes ayant une alimentation dite saine. D’où l’analogie avec la dépression : vous en conviendrez, vu sous cet angle, ça tendrait presque à être logique.

S’adressant à la publication Medical Express, Almudena Sánchez-Villegas, l’un des chercheurs ayant planché sur cette étude, explique ce qui suit : « Plus vous consommez de fast food, plus le risque de contracter une dépression est grand. [mais] même en consommant de petites quantités de junk food, le risque de dépression demeure toujours plus elevé que la normale. »

Les résultats de l’étude, publiés au sein de la publication Public Health Nutrition, se sera penchée sur le cas de 8964 personnes, ayant été sondées durant 6 mois. Il en est d’ailleurs ressorti que durant cette étude, 493 formes de dépressions ont été diagnostiquées.


Commentaires

commentaires