Un handicapé filme son altercation avec la police: des propos choquants


François Castellazi, en fauteuil roulant depuis cinq ans, a attendu 45 minutes avant de pouvoir regagner son véhicule après avoir fait ses courses. Une voiture de police empiétait sur sa place. Très vite le ton est monté entre l’homme et les agents de police.

police

La voiture des forces de l’ordre l’empêchait de monter dans son véhicule . Lorsqu’il a voulu s’expliquer avec les policiers, le ton est rapidement monté.

Postée sur les réseaux sociaux, la vidéo de leur altercation a été visionnée plus de 230.000 fois déjà, suscitant de nombreux commentaires.


Vendredi 13 décembre, François Castellazi se rend au centre commercial de Chamnord, près de Chambéry où il se gare sur une place handicapée. Une fois ses courses finies, il se rend compte qu’un véhicule de police garé juste à côté du sien, l’empêche de sortir.

Après un quart d’heure, il fait appel à la sécurité du centre commercial. Les policiers refusent de venir bouger leur véhicule. Ce n’est que 45 minutes plus tard qu’ils réapparaîtront finalement.

Ayant peur de la tournure que vont prendre les choses, François Castellazi décide de filmer la scène de leur altercation, son téléphone portable dissimulé dans la poche de son pantalon. Discrètement, il prend également plusieurs clichés.

Le jeune homme de 28 ans explique aux policiers qu’il les attend depuis de longues minutes. Le fonctionnaire lui répond alors que la place qu’il occupe n’est en fait pas une place handicapée, qu’eux étaient en mission et qu’ils ne pouvaient pas s’éclipser comme ça. Bref, le ton monte.

Commençant à en avoir ras le bol de leurs piques, François Castellazi demande à prendre leurs noms pour les dénoncer. Rieurs, les policiers lui font remarquer qu’ils sont la police. À qui d’autre, va-t-il bien pouvoir les dénoncer.

Finalement, le jeune homme aura obtenu gain de cause. Après avoir vu la vidéo sur Internet, Jacques Zenalda, le directeur départemental de la sécurité publique, l’a contacté et lui a présenté ses excuses rapporte Europe 1. Quant au policier, il devra s’expliquer mardi prochain et présenter ses excuses publiquement.

SOURCE


Commentaires

commentaires