Un ascenseur spatial à l’horizon 2050.?

0 (3)

La société japonaise Obayashi, spécialisée dans la construction, a annoncé vouloir mettre en fonction un ascenseur spatial à l’horizon 2050.

Ce qui appartenait à la science-fiction va-t-il devenir réalité? Le géant japonais de la construction Obayashi a confirmé lundi à ABC Australie travailler au développement d’un ascenseur spatial dont le point culminant se situerait à 96.000 kilomètres de la surface de la Terre.À l’image des ascenseurs classiques, des modules motorisés alimentés par des moteurs linéaires magnétiques pourront transporter des personnes et du matériel vers une station spatiale, transformée en plate-forme de plaisance et laboratoire. Sept jours de voyage seront nécessaire pour atteindre le sommet. La capsule ascensionnelle pourra transporter une trentaine de personnes.
Ce rêve de l’homme de pouvoir tutoyer l’Espace grâce à un ascenseur n’est pas neuf, il a été suggéré au 19e siècle par un scientifique russe. Sa concrétisation est le fruit des progrès énormes réalisés fin des années 90 sur les nanotubes de carbone dont la résistance à la traction est présentée comme cent fois supérieure à un câble d’acier. À l’heure actuelle, cette technologie est confrontée à certaines limites.Cent fois moins coûteux
« Pour l’instant, nous ne pouvons confectionner des câbles assez longs » relate Mr. Yoji Ishikawa, responsable du département recherche et développement à Obayashi. « Mais nous pensons que d’ici 2030, nous en serons capables ».Ce développement pourrait révolutionner les voyages spatiaux commerciaux et scientifiques, notamment grâce à une restriction des coûts de transports, estimée à un tiers des vols de fusée. Acheminer un objet dans l’espace coûte, selon les estimations, un peu plus de 15.000 euros par kilo; via un ascenseur, il n’en coûterait plus que 137.

Cependant, cette technologie ne pourra être réalisable qu’au travers d’une collaboration internationale. « Une compagnie unique ne peut y arriver. Seul un pôle international peut rendre ce projet concret », conclut un rapport rédigé en 2012. Si l’ascenseur spatial alimente les fantasmes, pas de quoi cependant espérer décrocher la lune qui, elle, culmine à 384.400 kilomètres de la Terre. Même si d’après certains experts, la Lune pourrait devenir une future destination du tourisme de masse.

Source: www.7sur7.be

Commentaires

commentaires