Son médecin lui prescrit 14 Lexomil au coucher


Christian, un sexagénaire de L’Isle d’Espagnac n’en revient pas. Il a eu chaud. Il est passé à CL avec sa prescription en main. L’autre jour, alors qu’il souffrait d’une bronchite et d’un petit coup de blues, il s’est rendu chez son médecin. Il est reparti avec une ordonnance farfelue: un sirop à prendre pendant trois mois et 14 comprimés de Lexomil, un anxiolytique, au coucher pendant deux mois!

l-isle-d-espagnac-le-medecin-prescrit-14-lexomil-au-coucher_386871_536x400p

La prescription, délivrée par un médecin stagiaire, a été éditée par un logiciel, avec plusieurs erreurs de frappe, le 1/4 de Lexomil devenant 14 pour la plus grave. Elle a pourtant été contresignée par le médecin titulaire. Son pharmacien, installé à Angoulême, a délivré une seule boîte de Lexomil mais il  n’a pas mis en garde le patient: « C’est une personne à laquelle j’ai l’habitude de délivrer du Lexomil. Je n’ai pas fait attention à la prescription », reconnait le pharmacien.

Heureusement que Christian a gardé les yeux ouverts. Il n’a pas suivi les conseils de cette prescription suicidaire.  «Je ne les ai pas pris le soir, je suis retourné chez le pharmacien qui a fini par me corriger l’ordonnance précisant que je ne dois prendre qu’un quart de comprimé par jour…»

«C’est une prescription bien adaptée à une tentative de suicide», assure un médecin en lisant l’ordonnance de Christian.  «Vous vous rendez compte si c’était quelqu’un qui suivait aveuglément la prescription? Il n’aurait même pas passé la première nuit! »

Jean-Marc Glémot, le président régional du conseil de l’Ordre des pharmaciens, a rapidement réagi. Rassuré d’apprendre que le pharmacien n’avait délivré qu’une seule boîte, il avoue néanmoins sa stupéfaction:«J’aurais eu une ordonnance comme celle-ci, j’aurais immédiatement appelé le médecin. Je n’aurais moi aussi donné qu’une boîte et je n’aurais pas laissé repartir le patient avec cette ordonnance non rectifiée. Le médecin prescrit librement mais on doit veiller à ce que la dose ne soit pas dépassée».

Ce pharmacien conçoit que les logiciels de prescription puissent conduire à des erreurs: « Le Doliprane 100, pour les nourrissons, par exemple. Si on se trompe de ligne pour sélectionner, ça peut vite se transformer en Doliprane 1000 ».

SOURCE: charentelibre.fr


Commentaires

commentaires