La paresse est inscrite dans nos gènes!


paresse

Les chercheurs américains à l’origine de cette découverte, publiée dans l’American Journal of Physiology, ont mené l’expérience sur des rats. Ils ont placé les rongeurs pendant quelques jours dans des cages avec des roues et les ont observés. Ils ont ensuite divisé les rats en deux groupes, les sportifs et les moins sportifs, puis les ont fait se reproduire.

Plusieurs lignées de rats sont ainsi nées, et les chercheurs ont constaté que les lignées les plus actives couraient en moyenne dix fois plus que les lignées les plus paresseuses. Les chercheurs expliquent cette différence par le profil ADN des rats.

Explication partielle pour l’obésité

Quant à une éventuelle correspondance chez l’humain, elle est probable, mais il est encore trop tôt pour l’affirmer. Cependant, il s’avérerait que notre espèce possède également des prédispositions à la paresse.

Une telle étude permet d’entrevoir une explication partielle au manque d’envie de se mettre au sport de certains patients atteints d’obésité. Et peut-être de trouver des solutions plus adaptées pour limiter leur prise de poids, ou favoriser la perte des kilos superflus.


Commentaires

commentaires