Kaspersky Lab arrache le masque à un réseau global de cyberespionnage


images

Le Laboratoire Kaspersky (Kasperky Lab) a dévoilé le réseau global de cyberespionnage « Masque » qui a porté pendant sept ans préjudice à plus d’une trentaine de pays dans le monde entier, notamment au Proche-Orient, en Europe, en Afrique et en Amérique.

 Les malfaiteurs collectaient de précieuses informations en les puisant dans des systèmes contaminés. Selon les experts, ils surveillaient essentiellement les institutions publiques, les missions diplomatiques et les hommes politiques.

Le Laboratoire Kaspersky a annoncé la mise à nu du réseau global de cyberespionnage « Masque » derrière lequel se trouvaient des malfaiteurs hispanophones. Les traces découvertes portent à croire que le réseau déployait ses activités au moins depuis 2007. Vitali Kamliouk, expert du Laboratoire Kaspersky, estime que la cyberbande avait des patrons haut placés.

« A notre avis, c’est une campagne bénéficiant du soutien d’un Etat. Nous assistons à un niveau très élevé de professionnalisme du groupe qui assure le monitoring de son infrastructure, se dissimule au moyen de règles d’accès délimité, efface minutieusement le contenu des fichiers au lieu de les retirer et suspend, si nécessaire, toute activité. Un tel niveau d’autoprotection n’est pas typique des cybercriminels. »

Les cyberdélinquants se sont fixé pour objectif essentiel de collecter des informations à partir de systèmes contaminés, y compris toutes sortes de documents, de codes, de fichiers utilisés dans les programmes pour assurer l’accès à distance à l’ordinateur. Selon Vitali Kamliouk, la contamination peut avoir des conséquences catastrophiques.

Les produits du Laboratoire Kaspersky décèlent et détruisent toutes les versons connues des programmes « Masque ». Cependant, les « attaquants » n’ont pas stoppé leur activité. Pour les bloquer définitivement, il faudrait mettre en place un système de coopération internationale entre les organes de police spécialisés.

SOURCE


Commentaires

commentaires