800 cadavres de bébés découverts dans la fosse septique d’un couvent


images (11)

Environ 800 cadavres de bébés « illégitimes » ont été découverts dans la fosse septique d’un ancien couvent irlandais à Tuam (ouest), plus de 50 ans après la fermeture de l’établissement dirigé par les soeurs du Bon Secours de 1925 à 1961. A l’époque, des jeunes filles tombées enceintes hors mariage venaient y accoucher, laissant leurs bébés entre les mains des nonnes, rapporte The Washington Post mardi.

Cette fosse, remplie à ras bord d’ossements, a été découverte en 1975 par les habitants de Tuam, lorsque les dalles de béton qui la couvraient se sont dissociées.

Jusqu’à présent, les habitants croyaient que les os étaient principalement ceux de victimes de la grande famine qui a touché l’Irlande à partir de 1840.

«Quelqu’un m’avait mentionné l’existence d’un cimetière pour nouveau-nés, mais ce que j’ai découvert était bien plus que cela», a déclaré l’historienne Catherine Corless.

C’est en réalisant des recherches sur les archives d’un ancien couvent de l’ouest de l’Irlande, aujourd’hui reconverti en lotissement, qu’elle a découvert les registres de décès suggérant que 796 enfants avaient été secrètement enterrés sans cercueil ni pierre tombale par les bonnes soeurs du Couvent de Bon Secours.

Selon les registres de décès, ces enfants sont décédés de malnutrition et de maladies infectieuses comme la tuberculose.

Wiliam Joseph Dolan, un proche d’un enfant ayant vécu dans cette institution, a déposé une plainte afin de comprendre ce qui s’est passé.

L’archevêque de Dublin Diarmuid Martin s’est dit favorable «à des fouilles sur ce qui pourrait être des tombes anonymes», affirmant qu’il était nécessaire de revenir sur l’histoire de ces institutions en l’absence d’enquête publique.

Ciaran Cannon, secrétaire d’État à l’Éducation, a quant à lui souhaité une enquête gouvernementale complète sur cette affaire, affirmant que «ne rien faire n’était simplement pas possible».

Une collecte de fonds a également été lancée pour construire un mémorial avec le nom de chaque enfant.

SOURCE: www.lapresse.ca


Commentaires

commentaires