20 preuves qu’on sort avec un con


 

sortir_avec_un_con_2_9900_north_584x360

1- Il nous parle avec condescendance
Ce n’est pas parce qu’on se tape notre prof ou que son appartement fait 50m2 de plus que le nôtre que c’est une raison pour nous sortir la belle panoplie complète du relèvement de sourcils avec un soupir excédé et ton bien appuyé. A la fin, on dirait qu’il pourrait finir toutes ses phrases par « Dieu du ciel », et ça craint.

2- Il nous décourage
Ok, c’est limite impossible de devenir une grande danseuse de tango dès le premier cours, et ce n’est pas parce qu’on a été déléguée du collège qu’on a un avenir politique, mais n’empêche, comme dit notre petit frère, ça ne fait pas de mal de « se saucer un peu ». Surtout depuis qu’on a décidé de reprendre nos études, parce qu’il paraît qu’avec une licence d’Histoire de l’Art en poche, la vie est moins tristounette.

4- Il ne nous rend pas belle
Allez savoir ce qu’il a dans les yeux (pour ne pas reprendre une expression vulgaire). De toute évidence, il voit mal, puisqu’il n’a pas l’air de saisir l’étendue de notre potentiel bombesque, surtout dans cette robe. A terme, bizarrement, on commence à perdre notre modjo et les étoiles qui brillaient dans nos yeux s’éteignent doucement.

5- Il n’invite jamais
On passe sans doute pour de grosses vénales mais il faut le dire : ce garçon n’a peur de rien, pas même d’un résidu de convention sociale qui tend à faire croire qu’un garçon qui nous invite est un tantinet galant. N’oublions jamais que celui qui nous répète « qu’inviter une femme est une habitude sexiste » est un radin.

6- Il crie souvent
En débat, en dispute, en public… Il nous crie dessus, ce qui est parfaitement insupportable. D’un coup, on se retrouve à avoir cinq ans et demi et à se faire passer un savon, tout ça parce qu’on ne pense pas voter comme lui en avril. Calmos.

7- Il se trompe de prénom
Soit il croit toujours qu’on s’appelle Katia, ce qui est limite à la longue, soit « Houston on a un problème » : clairement, il nous trompe.

8- Il se venge
On pensait que l’amour, ce n’était pas la guerre, or il s’évertue à nous montrer le contraire. On n’a pas voulu l’accompagner en Corrèze chez sa mère ? Il se venge bassement en ne donnant plus de nouvelles pendant 15 jours. Idem la fois où n’a pas voulu lui donner notre dernière frite, et qu’on a du le mater ensuite manger en solo la dernière glace du congélo. Sans même nous faire goûter. Pas cool.

9- Il adore les miroirs
Même plus : il entretient une relation de don de soi, douceur et sourires plus complète avec son reflet qu’avec nous et la plupart de ses amis. A la fin c’est louche de le voir faire devant la glace des expressions d’amour qui nous étaient jusque là totalement inconnues.

10- Il est mielleux
On n’a pas dit gentil, on a dit mielleux. La différence entre gentil et mielleux, c’est que gentil on en profite, mielleux on s’en rend compte. En résumé, avec nous il n’est pas très gentil, et globalement avec les autres il est mielleux. Sympa.

11- Il n’a pas d’humour
C’est pas forcément évident de se coltiner un Coluche plein temps, mais n’empêche : avec lui, on ne rigole jamais. Et si on a le malheur de rire de lui, ça vire vite au vinaigre. Nos blagues tombent à plat comme des crêpes et on finit par avoir envie de se cacher dans un placard, oubliant à jamais notre ambition secrète de faire du stand-up. Sans parler des phases pénibles qu’on endure dès qu’il faut lui expliquer nos plaisanteries…

12- Il a peur du plastique
On essaie d’être discrète, mais disons-le franco : il ne supporte pas les capotes. Comme si c’était pour nous une passion… En 2013, post-génération SIDA et génération pro-MST, il est inconcevable qu’un garçon sèche et ne soit pas dur comme fer sur la question du préservatif. Déprime nocturne plutôt que délire nocturne, c’est bien dommage.

13- Il nous met le seum
Il a toujours quelque chose : sommeil, froid, faim… On supporte ses complaintes en comptine, croyant à force qu’il ne partage les bonnes nouvelles qu’en horaire de bureau, entre 9h et 19h à ses collègues. Bonjour l’intimité, à nous la décharge sentimentale bien lourde et le partage du fardeau. C’est beau le couple, n’est-ce pas.

14- Il se croit au Juste Prix
On s’en rend bien compte, c’est insidieux, et au bout de quelques mois le constat nous choque : il parle tout le temps d’argent. Le prix des fleurs qu’il ramène, le prix des courses qu’il a faite, le prix des vacances qu’on projette… Attention à l’anniv’ soldé, ça nous pend au nez.

15- Il est le roi du poke
En 2008, il n’y avait pas trop de mal à « poker » à tout va, personne ne savait vraiment ce que ça voulait dire. Mais là, c’est honteux le ton flirty qu’il affiche sur les réseaux sociaux à chaque commentaire (sans parler de son indétrônable statut de « single »). Il a même réussi à draguer une nana sur Google+, et ça, au-delà de la performance, c’est franchement anormal.

16- Il est crevé
Mais qu’avec nous. Oui, les autres soirs il sort, et avec nous, il se repose. Sur ces deux oreilles. Chouette. Il faudrait lui préciser que la plupart des invitations comportent un +1, bien que ce soit légèrement humiliant.

17- Il a un tique verbal
L’amour rend aveugle, heureusement que le temps nous rend la vue… Ce qui nous a permis de remarquer que 75% de ses phrases commencent par « moi » et se terminent par « tu vois ». Vous avez dit « bouffon »? D’autres diront plutôt trip égotique. Ego-tique. Bref.

18- Il nous calme
Depuis qu’on est avec lui, on a l’impression de rire trop fort, pleurer trop vite, parler trop mal, prendre trop de place… A croire qu’on est une punk marginale parce qu’on éclate de rire à un apéro dînatoire. Que celles qui se sentent éléphant dans le magasin de porcelaine lèvent les bras.

19- Il monopolise la salle de bain
Un jour, montre en main, il a passé 40 minutes à se préparer le matin… le jour où l’on allait négocier notre super nouveau boulot/passer à la télé/donner notre première représentation de tango. Franchement, ça se fait pas.

20- Il ne change pas l’ampoule
De tous ses 19 autres défauts, le fait qu’en plus ce garçon ne serve à rien est un comble. C’est out de la maison, si seulement vous arrivez à le choper, coincé comme il est dans la salle de bain. Franchement, quel mec digne de ce nom nous abandonne ainsi dans l’obscurité du foyer, sans changer l’ampoule ?


Commentaires

commentaires